Une bulle propice à la création à Saint-Élie-de-Caxton

Voici le dernier billet de la 5e conteuse en résidence à Saint-Élie-de-Caxton, Françoise Crête, de retour chez elle après un mois de création condensée.

* * *

Fred m’écrivait : « Bonne reprise de la vie normale, Françoise »

Eh bien, oui ! Me voilà donc les deux pieds dans le mois de mai, chez moi. Avril a si vite passé, comme une bulle de savon qui s’élève dans le ciel et éclate en laissant tomber une petite goutte-souvenir, couleur rose paparmane. Une bulle qui m’a protégée de la quotidienneté. Une bulle qui m’a permis de passer des heures à faire de la recherche sur une région du monde que je connaissais peu, le Moyen-Orient, et sur les conditions de vie des gens en guerre, entre autres grâce au témoignage de deux réfugiés syriens (merci SANA, Ibrahim et Sabah) ; une bulle qui m’a permis de lire des pages et des pages de contes traditionnels arabes ; une bulle qui m’a permis de peaufiner mes personnages qui sont nés et ont grandi dans Cœurs piégés. Je me disais que l’auteure ou la créatrice est comme un « Dieu » ou un « Hasard » qui fait naître ou fait mourir des personnages, qui donne de la force à l’un ou décourage l’autre… sans aucune souffrance, sauf la sienne. Ma structure dramatique a aussi été réglée au quart de tour et le déroulement de plusieurs « scènes » s’est précisé (merci, Martin Mercier !). Tout cela sans me sentir coupable de ne faire que ça, ou presque… Un condensé en accéléré du travail de création qui a pris son envol et poursuit son chemin.

Mais il y a eu (je vous en ai parlé) des rencontres chaleureuses, des promenades vivifiantes soit dans la forêt (au détour d’un sentier, j’ai eu droit à de la tire sur la neige), soit dans le village, sous la neige, la pluie, le verglas ou sous le soleil- un ti-peu). Il y a eu cette vie de village dont j’ai senti battre le pouls par ma fenêtre et mon cœur ouverts. Il y a eu cette ren-« conte » avec les élèves de l’école de Saint-Élie (présco, 1ère et 2ème), suivie, juste avant mon départ, sur le trottoir, du « bonjour ! » enthousiaste de trois élèves et de ce gros câlin spontané d’une fillette. J’ai fondu par en-dedans !

P.S : Un mois, c’est trop court ! (Ma mère me dirait : « Ne te plains pas le ventre plein ! »)

Merci membres du jury, merci CALQ, merci RCQ et merci Fred !

Toute ma gratitude !

PS : Conteur, conteuse, si tu es le prochain ou la prochaine, je t’ai laissé un petit mot, caché dans la maison de Gloriane !

 

Françoise Crête

Conteuse

Françoise Crête

Conteuse
Descriptif: 
Françoise Crête est une conteuse d’atmosphère remarquable par son contact dynamique avec le public. Elle pose un regard à la fois tendre, humoristique ou touchant sur ses personnages pittoresques créés de toutes pièces ou qui surgissent de contes traditionnels triés sur le volet. Ses personnages sont souvent conjugués au féminin. Ses godasses de conteuse l’ont fait voyager au Québec, en Nouvelle-Écosse mais aussi en France, en Roumanie, en Arménie et en Suède. Elle a conté dans différents festivals en Europe, au Québec, et en Nouvelle-Écosse et cela, depuis plus de 14 ans. Son talent de conteuse lui a valu le premier prix au Concours littéraire de la Maison Chénier-Sauvé ainsi que le soutien et la reconnaissance de plusieurs paliers de gouvernement, que ce soit au provincial, par le CALQ (Bourse pour la création pour son dernier spectacle "Esther, oie sauvage" (oct. 2015); bourse de déplacement pour un festival en France France (été 2012), au niveau régional en Montérégie (bourse pour la création d'un spectacle "Une p'tite odeur de grillé! (automne 2013) et la MRC Marguerite d’Youville (nomination prix reconnaissance du travail artistique, automne 2014) , et la ville de Verchères (soutien logistique pour différents spectacles). Elle sera l'hôte de la Résidence de conteurs à St-Élie-de-Caxton, en avril 2018 (CALQ-RCQ-Fred Pellerin). Au plaisir d'aller conter chez vous !

Fred Pellerin

Conteur
Descriptif: 
Diplômé en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières, fils de comptable agréé, il est devenu « conteur agréable par mégarde » après avoir été bercé par les histoires de sa grand-mère, de son voisin, Eugène, et de son père. Les histoires de Fred Pellerin sont celles de son village : Saint-Élie-de-Caxton, petit village québécois de la Mauricie « où les lutins et les fées s’écrasent dans les pare-brises le soir ». Anecdotes, potins, rumeurs passent à la moulinette de Fred Pellerin pour en ressortir sous forme de contes pour adultes. La frontière entre réalité et imaginaire est ténue et toute ressemblance avec des personnages ayant réellement existé n’est pas fortuite. Et la force de ce formidable bonimenteur est, sans être démagogique, de nous raconter des histoires… toujours vraies! Fred Pellerin met des enjoliveurs à la surréaliste banalité, brasse notre mémoire collective par ses acrobaties verbales. Plus de 3 000 représentations professionnelles au sein de la francophonie mondiale.
02 mai 2018