La culture c'est notre affaire!

Le Ministère de la Culture et des Communications a dévoilé, en juin 2017, son projet de Politique québécoise de la culture, PARTOUT, LA CULTURE. Il a, à cette occasion, mis en ligne un questionnaire sur ce projet.

Il apparaît essentiel de faire entendre la voix du patrimoine vivant, de l’oralité, de la littérature parlée et de la culture traditionnelle, afin que soient reflétés des engagements concrets en sa faveur, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

Vous êtes donc conviés, jusqu’au 6 septembre, à répondre au court questionnaire suivant :

http://sondages.mcc.gouv.qc.ca/index.php?sid=15342&lang=fr

Il m'apparait déterminant que les préoccupations, les enjeux et les besoins du milieu soient pris en compte dans cette nouvelle politique culturelle.

Mo Carpels

Directeur général | Regroupement du conte au Québec

514-564-5650

----------------------------------------------------------------

Antoine Gauthier, directeur général du Conseil québécois du patrimoine vivant, a eu la gentillesse de nous alimenter sur quelques pistes de réponses et réflexions, formulées dans ce même sondage rempli au nom du CQPV. 

PAGE 3

Orientation 2 : Selon vous, y a-t-il des enjeux qui ne sont pas couverts ? Si oui, lesquels?

oui

Veuillez préciser (1000 caractères maximum) :

En raison de l'inclusion du patrimoine immatériel dans la Loi sur le patrimoine culturel, et parce que les arts professionnels comme le conte, la musique, la chanson ou la danse traditionnels ont été largement sous-financés, voire discriminés, par certains organes de l'appareil public, notamment au niveau de la formation et de la médiation, nous suggérons de bonifier les objectifs 2.2 et 2.6 afin d'éviter que perdure le traitement défavorable dispensé historiquement à ces disciplines.

2.2 : Favoriser la diversité des formes d’expression artistique et culturelle, y compris les éléments de la culture traditionnelle.

2.6 : Offrir aux artistes et aux travailleurs culturels l’accès à un continuum cohérent de formation professionnelle et de perfectionnement, y compris pour les disciplines de la culture de tradition orale.

Selon vous, quelles devraient être les priorités du plan d’action? (1000 caractères maximum) 

1.     Stratégie transversale nationale de développement des pratiques traditionnelles

2.     Plan de développement des éléments du patrimoine immatériel à la suite des désignations légales du ministre

3.     Organismes du patrimoine vivant financés à l'échelle nationale

4.     Appels nationaux de projets au MCC avec financement adéquat

5.     Offre de formation adaptée pour les diverses disciplines de la culture traditionnelle

6.     Centre(s) nationaux ou régionaux dédiés au patrimoine vivant (diffusion, production, création, archives, formation)

7.     Système national de Maitres de tradition orale

 

PAGE 4

Orientation 3 :

Selon vous, y a-t-il des enjeux qui ne sont pas couverts ? Si oui, lesquels?

Oui

Veuillez préciser (1000 caractères maximum) :

Le projet de politique culturelle mélange trois logiques radicalement distinctes. Même si ces logiques peuvent viser ensemble des valeurs de préservation, de valorisation et une appartenance locale, elles emploient généralement un vocabulaire exogène, ont des besoins et des enjeux séparés et font l’objet de conventions internationales différentes. Il apparaît donc impératif d’adapter et de subdiviser le texte et ses engagements en fonction de ces logiques :

1-    Sauvegarde / développement (action culturelle, pratiques et traditions actuelles)

2-    Conservation (mobilier, immobilier)

3-    Commémoration (histoire)

Qui plus est, on ne trouve trace d’aucun engagement concret en faveur du patrimoine immatériel, malgré la mention répétée de son importance dans le texte.

Engagements supplémentaires souhaités:

-          Lancer les travaux en vue de l’élaboration d’une stratégie de sauvegarde du patrimoine immatériel

-          Agir en faveur de la sauvegarde des éléments du patrimoine immatériel

Selon vous, quelles devraient être les priorités du plan d’action? (1000 caractères maximum) 

1.     Stratégie transversale nationale de développement des pratiques traditionnelles

2.     Plan de développement des éléments du patrimoine immatériel à la suite des désignations légales du ministre

3.     Organismes du patrimoine vivant financés à l'échelle nationale

4.     Appels nationaux de projets au MCC avec financement adéquat

5.     Offre de formation adaptée pour les diverses disciplines de la culture traditionnelle

6.     Centre(s) nationaux ou régionaux dédiés au patrimoine vivant (diffusion, production, création, archives, formation)

7.     Système national de Maitres de tradition orale

PAGE 5

Orientation 4 :

Selon vous, quelles devraient être les priorités du plan d’action? (1000 caractères maximum) 

Adopter une stratégie transversale formelle de développement des pratiques culturelle traditionnelles (inter directions, sociétés d’État et ministères), notamment les éléments du patrimoine immatériel désignés par le ministre.

PAGE 6

Engagements particuliers à l’égard des Autochtones

Avez-vous des commentaires au sujet des engagements particuliers à l’égard des Autochtones?

Oui

Commentaires (1000 caractères maximum) :

Nous soutenons l’heureuse initiative de favoriser le développement des langues et des cultures autochtones. Il semble néanmoins que le texte du projet affirme implicitement que seuls les membres des Premières Nations et des Inuits (les « autres ») possèdent des traditions ancestrales, des pratiques artistiques coutumières, ou en tout cas que seules ces manifestations culturelles méritent d’être soutenues spécifiquement et adéquatement. Comme si la culture québécoise dans son ensemble n’avait pas de contes, de chansons, de musique ou de danses ancestraux, pas d’artisanat traditionnel, pas de médecine par les plantes ni de vie en forêt. Comme si les cultures autochtones et non-autochtones s’étaient développées de façon radicalement séparée depuis 400 ans. Or, si l’on veut « Favoriser la rencontre et les échanges entre les Autochtones et les non-Autochtones », il apparaît judicieux de mettre aussi sur pied des engagements concrets notamment en faveur du patrimoine immatériel de façon large.

--

Antoine Gauthier

Directeur général | Conseil québécois du patrimoine vivant

418 524-9090

www.patrimoinevivant.qc.ca

 

22 aoû 2017